Présentation du contexte et des éléments téchniques du contre sommet à Ficoba-Irun

CONTEXTE:

Situation dans l’Etat Français:

  • Emmanuel Macron veut faire de ce G7 une grande vitrine des politiques qu’il mène. Il ose même afficher, avec un cynisme à toute épreuve, la lutte contre les inégalités comme objectif de ce sommet.

  • Or, lui et les 6 chefs d’Etat qu’il invite, Donald Trump, Angela Merkel, Matteo Salvini et les autres, imposent un système au service des plus riches et des multinationales. Ils détruisent les droits sociaux et partout sur la planète engendrent le désastre écologique, la pauvreté et les guerres. De l’autre cotes des mers et des continents, leurs victimes sont ces millions de refugies qui fuient le chaos et viennent se fracasser contre les murs qu’ils érigent.
  • En France, celui qui accueille ce sommet impose des réformes ultralibérales pour abattre un par un les mécanismes de solidarité. Pour ce faire, il tente de faire taire toutes les voix qui s’élèvent contre lui et mène une répression de plus en plus brutale et autoritaire. Et pendant ce temps, à Biarritz, il tentera de faire valoir aux yeux du monde tous les bienfaits de sa politique.
  • Face à eux, des mouvements sociaux puissants s’élèvent, des gilets jaunes en France aux luttes écologistes et féministes à travers le monde, celles pour les services publics ou contre les répressions et toutes les discriminations. C’est un seul et même système que nous combattons toutes et tous et contre lequel nous proposons des alternatives.
  • Face à leur propagande, ultralibérale, raciste, autoritaire, ce sont ces voix porteuses d’espoir que nous voulons faire entendre. Nous voulons éteindre l’incendie de la planète perpétré par ces 7 pyromanes. Nous refusons le g7 et son monde. Nous sommes cette grande majorité des peuples, solidaires, démocratiques, écologistes, qui voulons cesser de subir l’injustice sociale et la catastrophe écologique. Fin du monde, fin du mois, même combat.

Situation depuis Euskal Herria:

  • Dans le cadre de la présidence du G7, Emmanuel Macron a fait le choix d’organiser le sommet du G7 à Biarritz du 24 au 26 août. Une décision prise en catimini, sans aucune concertation préalable. Reflet de la verticalité du pouvoir. Une décision hors-sol pour un sommet hors-sol.

  • Malgré les efforts de communication qui ont été déployés par les représentants du pouvoir pour vanter les retombés du G7 en terme de notoriété, au Pays Basque personne n’est dupe. Pour les habitants du Pays Basque le sommet du G7 est un rendez-vous imposé par Macron qui va perturber leur quotidien pendant deux semaines. Qui plus est,un rendez vous dans lequel des décisions les concernants seront prises sans les consulter.

  • Les mesures sécuritaires qui sont annoncées dessinent une situation ubuesque. En pleine saison estivale, l’espace public de la côte basque sera privatisé et bunkerisé pour que les membres du G7 puissent manigancer à leur aise. Et surtout, sans être dérangés.

  • Les modalités de ce sommet reflètent le fonctionnement et l’ADN du gouvernement et du chef de l’État qui le préside : ils ne prennent pas en considération la réalité du territoire, les acteurs majeurs et les mouvements sociaux de ce territoire. Ils méprisent le peuple.

  • Ce sommet s’inscrit à rebours des dynamiques sociales, culturelles et économiques qui se déploient au quotidien au Pays Basque, et qui participent à la construction d’une véritable alternative au système imposé par Trump, Macron, Merkel, et consorts.

INFORMATIONS TECHNIQUES FICOBA-IRUN

  • Ce programme était un défi. Un défi majeur, celui de réussir au Pays Basque, en France et dans le monde, à opposer aux politiques incendiaires de ces sept chefs d’Etat nos résistances et alternatives.
  • C’est aujourd’hui un pari réussi : ce programme alliera un grand nombre de luttes qui façonnent le monde de demain. C’est l’alliance aujourd’hui durable entre les mouvements qui souhaitent la souveraineté des peuples dans la justice et l’égalité, entre les gilets jaunes, entre les zadistes, entre les multiples organisations qui, en France et dans le monde, s’opposent aux discriminations, à la précarité, aux guerres et à la destruction de notre planète.

  • Du 21 au 23 août à Hendaye et d’Irún, 40 conférences seront intégralement traduites en euskara, français, espagnol et anglais, sans compter près de 50 ateliers, la semaine intergalactique issue de la Zad de Notre Dame des Landes, la voix donnée à la jeunesse basque ou encore l’Assemblée du Village par les Gilets jaunes.

  • Ensemble, nous avons choisi sept thèmes qui seront au centre de la rentrée sociale : nous défendrons la fin du capitalisme et des multinationales, la mise en œuvre d’une société réellement féministe, un monde des peuples souverains, un monde défendant la démocratie sociale face à l’autoritarisme, un monde décolonial défendant résolument l’abolition des frontières et l’accueil de tout.e.s les migrant.e.s. Par ces sept thèmes, nous souhaitons apporter des réponses concrètes à l’incendie que ce G7 nous impose et qui nous menace tou.te.s.

  • Nous saurons compter sur la présence de près de deux cents intervenant.e.s. Nous vous invitons à lire ce programme, désormais disponible sur les sites de nos plateformes.

  • Nous assumons de n’être pas toujours d’accord. Mais nous sommes fier.e.s d’être d’accord sur l’essentiel. Nous montrerons que nous savons construire ensemble, dans la diversité de nos alternatives.

Appel et consensus d’action:

  • Alors que les représentant·e·s des gouvernements du G7 se retrouveront du 24 au 26 août à Biarritz, il est important de montrer que nous nous mobilisons pour construire un autre monde. Ainsi, du 19 au 26 août, les mobilisations à l’occasion du contre-G7 mettront en évidence la diversité des mouvements qui s’engagent pour des alternatives solidaires, écologiques, féministes, anti-racistes, décoloniales, et anti-impérialistes.

  • Nous nous appuyons sur des décennies de mobilisations pour la justice sociale, fiscale et climatique, au Nord comme au Sud et nous sommes solidaires des luttes contre toute forme de domination et d’injustice. Dans ce cadre, nous avons décidé de construire un consensus d’action qui devra s’appliquer pour l’ensemble des mobilisations du contre-G7 portées par les plate-formes « G7-EZ ! » et « Alternatives G7 », du 19 au 26 août, à Hendaye, Urrugne, Irun et aux alentours de Biarritz :

    • Nous agirons avec calme et détermination, dans un esprit de construction et de résistance.

    • Nous ne dégraderons rien, nous ferons uniquement usage de méthodes et techniques non-violentes et pacifiques pour montrer notre détermination, nous ne participerons pas à la surenchère et nous ne mènerons pas de stratégie de confrontation avec les forces policières. En cas de charge et violences policières, nous mettrons en place des techniques de résistance non violente.

    • Nous sommes attaché·e·s à garantir la sécurité des personnes présentes sur les lieux de nos manifestations et actions. Par notre présence, notre nombre et notre cohésion, nous montrerons que nous sommes la solution.

    • Par contre, nous nous opposons à toute tentative de récupération de nos mobilisations à des fins commerciales, réactionnaires ou violentes. Afin de créer des conditions favorables à ce cadre, nous exigeons le retrait des forces de police des lieux où se tiendront tous nos rassemblements. La gestion violente du gouvernement de Macron contre tout type de manifestation d’opposition nous inquiète au plus haut niveau, tout comme la brutalité du système néolibéral qu’il défend, sans commune mesure avec la colère exprimée lors des manifestations.

  • Nous nous engageons tou·te·s à respecter ce consensus d’action, qui est la garantie que nous prendrons soin de notre diversité. Il doit permettre à chacun·e de trouver sa place, en particulier celles et ceux qui sont directement affecté·e·s par les décisions des gouvernements des pays du G7.

DOSSIER DE PRESSE
PROGRAMME