Entre 1.000 et 1.500 manifestants se sont retrouvés ce samedi 13 juillet à Biarritz pour une dernière grande manifestation avant le G7, afin de dénoncer sa légitimité et son organisation au Pays Basque. La plate-forme G7 Ez ! avait lancé un appel à toutes ses organisations et sympathisants à venir la rejoindre pour une marche colorée, festive, pacifiste et unitaire derrière un mot d’ordre principal : Non au G7 et à son monde.

Colorée et unitaire, la manifestation l’a été. Des drapeaux rouges, blancs, verts, jaunes, noires, roses… un arc-en-ciel militant s’est déployé sur Biarritz. Des associations altermondialistes, des partis politiques, des syndicats, des gilets jaunes, des sympathisants, tous se sont retrouvés à la Gare du Midi, derrière la banderole de la plate-forme G7 Ez ! pour marcher pendant environ 1h30 dans le centre-ville de Biarritz. L’objectif de la plate-forme était d’être visible, c’est un succès. Le cortège est passé par les rues commerçantes et par le front de mer, pour revenir finalement à la gare du midi pour l’appel final.

Manifestation festive également. Plusieurs actions avaient été organisées pour dénoncer le G7 et son monde. Tout d’abord, le franchissement de la « ligne rouge », au moment où le cortège entrait dans la future zone rouge, symbole d’un Biarritz stérilisé pour les besoins de sécurité de quelques chefs d’Etats. Des caricatures de ces mêmes chefs d’Etat avait été disposées à divers endroits de la ville pour un jeu de massacre traditionnel : permettre aux manifestants de leur lancer des œufs de peinture mérités. Le cortège a été accompagné par 9 miss « Catastrophes » représentant divers scandales industriels, sanitaires, écologiques, financiers tels que miss Fukushima, Gardane ou Tchernobyl, avec une superbe Mariée Noire représentant la mer devenue la poubelle de nos sociétés de consommation. En queue de cortège, certains ont eu la chance de voir des Basajaunak descendus des forêts basques pour jeter un sort au G7 et exorciser les stigmates néolibérales de Biarritz.

Pacifiste, enfin. Les consignes préfectorales alarmistes auprès des commerçants, leur demandant de fermer pendant la manifestation, n’ont heureusement pas été suivie, ce qui a permis de conforter le message porté par la plate-forme G7 Ez ! C’est bien à la tenue du G7 qu’elle s’oppose, pas à l’activité économique locale. Non seulement il n’y a eu aucune dégradation, mais en plus, les manifestants ont pu échanger avec les passants et les commerçants, leur expliquer les objectifs de la manifestation et les inviter à rejoindre le contre-sommet.

La manifestation s’est ensuite terminée à la Gare du Midi après le défilé des miss Catastrophes et l’appel de la plate-forme à continuer à lutter contre le G7. A ce titre, il est demandé à tous les acteurs locaux de ne pas collaborer avec les organisateurs du G7 et de tout faire pour en perturber le bon fonctionnement. La plate-forme G7 Ez ! a également rappelé la tenue du contre-sommet qui vise à dénoncer le G7 et son monde, à proposer des solutions alternatives démocratiques, écologiques et sociales, et enfin à organiser des actions de masses et opérations de désobéissance civile qui auront lieu lors du G7. Elle a également rappelé les dates essentielles du contre-sommet :

  • du 19 au 20 août : installation du camp alternatif
  • du 21 au 23 août : sommet des alternatives à Hendaye et Irun avec conférences, ateliers, performances et expositions
  • 24 août à 11h : grande manifestation contre le G7 et pour un autre monde à Hendaye
  • 25 août à partir de midi : « zone arc-en-ciel », opération de désobéissance civile sur 7 lieux encerclant la zone de restriction de circulation autour de Biarritz.